fbpx
(+226) 25374570
ALPHORM MyKelolid YOUSCRIBE MOOC

FASO FUTUR GEEKS

« Faso Futur Geek »,  Nos jeunes enfants initiés à la programmation informatique

Cinq mois après son lancement officiel, le centre burkinabè de formation et d’incubation technologique, « KeoLID » (ex-AveLabs), a présenté, le lundi 24 juillet 2017 à Ouagadougou, ses futurs geeks aptes à servir le Burkina et le monde entier dans le domaine technologique. Pour la première édition du programme « Faso Futur Geek », une trentaine d’enfants et de jeunes de 8 à 24 ans ont bénéficié de connaissances et d’outils nécessaires pour programmer et coder des logiciels.

A 11 ans, Aldrich Kouamé crée son premier jeu vidéo animé qu’il a dénommé « Touche Pico ». Sanou Alan, 10 ans et demi, a également créé son jeu, mais pense toujours à un patronyme. Son jeu présente un tas de personnages. Dans ce passe-temps, le joueur ne doit pas se laisser toucher par les chauves-souris qui hantent le ciel. Le joueur est scoré en fonction des chauves-souris qu’il aura abattues.

Il s’agit là de quelques réalisations faites par les enfants à l’issue des 24 heures de formation, en moyenne trois séances par semaine. Du 10 au 24 juillet 2017, le centre d’incubation numérique, « KeoLID » a mis à leur disposition les outils nécessaires afin de pouvoir programmer et coder.

« Tech Rocket » (disponible uniquement en anglais pour les 15 jeunes) et « Scratch » (en plusieurs langues pour les 17 tout-petits) ont permis à ces « futurs geeks » de se familiariser avec les langages de programmation Html5, CSS, JavaScript, Python, Java. « Il reste maintenant à tout un chacun d’initier un projet et de le réaliser », confie Coulibaly Rachid, formé en Tech Rocket.

La trentaine de jeunes et enfants formés ont au droit à des diplômes. « Il est difficile d’expliquer les idées et les visions dans le domaine du numérique. Il faut démarrer le projet et les résultats parleront d’eux-mêmes… Les enfants arrivent aujourd’hui à créer des sites web, des applications mobiles Android ou iOS, des jeux électroniques, etc. Guidés par leur esprit de créativité, ils arrivent vraiment à faire des choses extraordinaires et très intéressantes », s’est réjoui le Directeur général de KeoLID, M. Lassane Ouédraogo.

« Un programme d’alphabétisation numérique »                                                                                                                   

Le Burkina est, selon lui, le deuxième pays africain derrière le Rwanda à initier un tel programme. Ce programme permet, ajoute-t-il, aux jeunes de pouvoir joindre l’utile à l’agréable, s’alphabétiser dans le domaine du numérique et d’acquérir des connaissances pour pouvoir développer des solutions au même titre que les développeurs européens, américains et asiatiques.

« Faso Futur Geek » est à sa première édition mais pourrait être institutionnalisé et se tenir chaque année pendant les vacances et même pendant l’année scolaire grâce à des cours les jeudis et samedis pour ceux qui voudraient poursuivre l’apprentissage. Pour le moment, L’amoureux du clavier, désireux de suivre la formation, devra s’acquitter de frais de formation. A en croire les responsables de KeoLID, le programme pourrait par la suite être gratuit et ouvert à tous comme au Rwanda. Les initiateurs du programme espèrent également l’améliorer au fur et à mesure en organisant notamment des concours pour primer les meilleurs apprenants.

« Faso Futur Geek » se veut un cadre d’éveil des jeunes aux différents langages de programmation, à la création graphique, etc. Le programme vise, par ricochet, à valoriser la qualité de l’éducation au Burkina Faso par des innovations technologiques.